AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kumiko Hayashi.

Aller en bas 
AuteurMessage
Kumiko Hayashi
Les Âmes Spirituelles
Les Âmes Spirituelles
avatar

Messages : 42
Passage pour un prochain pouvoir : 92
Date d'inscription : 23/08/2012
Age : 23
Localisation : Japon

Carte d’identité
Age : 17 ans
Pouvoir: Clairvoyance

MessageSujet: Kumiko Hayashi.   Ven 31 Aoû - 2:28

Hayashi Kumiko

    Nom: Hayashi
    Prénom: Kumiko
    Âge: 17 ans
    Nationalité: Japonaise récemment
    Emploi ou étude?: Pensionnaire
    Orientation sexuel: ? Quelle est l'utilité de cette question ? Ça ne m'intéresse pas de toute façon.


" Ton toi intérieur ... "

    Quelle question intéressante. Quel "moi" est concerné ? Celui d'avant où l'actuel ? De toute façon ça n'a pas d'importance. J'ai bien peur que la Kumiko du passé ne soit morte et donc... comment dirai-je... inadéquate. Que lui est-il arrivé ? Huuu. Vous n'avez pas deviné ? La réponse est facile pourtant.
    Tuée.
    Je l'ai tuée.
    Vous ne pouvez imaginer la sensation de plonger ses mains dans son propre sang. C'est... étrangement agréable ! Ça donne des frissons de plaisir incomparable au sang d'un autre, je peux vous l'assurer ! Ne vous en faîtes pas, c'est dur au premier abord mais on y arrive très facilement. Quoi ? Qui je suis si j'ai tué Kumiko ? Ah la la... Pauvre ignorant. Tu me fais tellement de peine que je vais te l'expliquer. Cette fille, n'était tout simplement que l'ombre de moi, la véritable Kumiko qui sommeillait en elle, attendant mon heure. Finalement, elle était trop gentille avec les autres, ce qui la rendait fragile d'esprit. C'est ainsi qu'elle n'a pas pu supporter le fardeau de ces yeux rouges, les yeux de la mort qui voient ses terrifiants présages. Sa mort a été déclenchée car elle ne voulait pas se battre, la misérable.
    Alors, je l'ai détruite.
    Je m'en suis donné cœur joie. Du pur bonheur ! Hein ? Si je ne suis pas mutilée ? Arrêtez de vous foutre de moi. Ne me dîtes pas que vous n'avez pas accès aux plateformes du monde de l'esprit ! Vous êtes encore plus nul que je ne le pensais...
    Enfin bon, mon premier vrai meurtre intentionnel remonte à la seconde de mon éveil. Ces idiots ne faisaient que m'exciter d'avantage avec leur sang qui giclait de partout. Ils sont tellement stupides de ne pas esquiver mes attaques. Mais qu'importe ? Les réduire en cendre est tellement plus amusant ! Soyons amis ! Créons des morts spectaculaires ensemble, tout est possible si on le veut.

    Au fait dis-moi, comment voudrais-tu mourir ?


" Oh, mais tu ressembles à ... "

    Puisque cette question est obligatoire, je vais devoir me regarder dans un miroir. Je reviens ~~~~~> Voilà. Hum alors commençons par les traits les plus voyants. J'ai de très longs cheveux argentés qui sont l'une de mes caractéristiques d'identification et qui ne s'emmêlent pas pour le côté pratique. Mes pupilles sont d'un rouge terne qui devient fluo visqueux quand l'excitation monte. Une silhouette fine recouverte d'habits blancs... pourquoi blanc ? Pour mieux faire ressortir le sang voyons. N'est-ce pas fabuleux ? Briller au milieu d'un champ de cadavres frais que tu as tout juste tué ? Et puis, je vois ce chiffre. Un compte à rebours qui ne cesse de défiler. Qu'indique-t-il ? La date de ma mort évidemment. Ne me prenez pas pour une baka, je ne vous dirai pas ce nombre.
    Ceci n'est qu'une vue subjective de ma personne. Des guerres d'où je reviens, je retiens quelques qualificatifs qu'on me donne avec tellement d'éloges que je regrette presque de les tuer. Je rigole. Rien ne peut m'enlever ce doux hobbie.
    «Monstre, Démon, Fléau...»
    Tous ces titres me siéent à merveille. Les prononcer me flattent. Vous n'en voyez certainement qu'un petit bout mais sur mes bras et mes jambes, des runes gravées au fer rouge me donnent d'étranges habilités. Lorsqu'elles s'activent, elle scintillent du même rouge fluo que mes yeux et se mettent en mouvements circulaires le long de mes membres. A ces moments, mes mains peuvent tout transpercer et mes pieds font d'incroyables sauts. C'est merveilleux ! Je peux tuer encore plus vite. Par contre je n'aime pas avoir le visage tâché de sang. Vous ne trouvez pas ça répugnant ? Non ? Je vous trouve bizarre... Encore un type sanguinaire, pff. Moi sanguinaire ? Que nenni ! Je me classe dans les personnes qui veulent un peu de piment dans leur vie, c'est tout, pas si compliqué que ça.



" Tout a commencé ainsi. "


    Ça me gave de parler de cette pseudo Kumiko. Mais bon plus vite je l'aurais fait plus vite, j'en serai débarrassée.
    Kumiko, cette demi portion, a hérité des yeux de la mort à l'époque où elle n'était qu'au stade d'embryon dans le ventre de sa mère. Le jour de l'accouchement, elle a, sans en prendre conscience, agrippé le compte à rebours de sa mère affaiblie par l'effort et l'a écrasé dans ses mains de bébé. Lorsque l'infirmière a coupé le cordon ombilicale, elle est morte instantanément. Oui, le moindre choc après la destruction de son chiffre était mortel.
    L'aptitude du bébé a vite été remarquée et comme il n'y avait plus aucun parent vivant pour s'en occuper, l'hôpital l'a confié à un pensionnat dangereusement réputé pour créer des machines de guerre vivante dans l’anonymat.
    Là-bas, Kumiko y a grandi en étant sans cesse guettée par la mort jour après jour. Les enfants subissaient des tests terribles dont peu ressortaient vivants et certain était utilisé comme cobaye pour de douteuses expériences. La petite a survécu à beaucoup d'épreuves, de justesse. C'était grâce au potentiel qui résidait dans son corps. Ce potentiel qu'elle n'exploitait pas à fond. De plus, elle prenait le temps d'aider les autres et ceux-ci finissaient par la trahir pour raison de survie. Parfois, il y avait des épreuves où ils devaient s'abattre jusqu'à ce qui ne reste qu'un survivant.
    La première et la dernière fois où elle y a été confronté, Kumiko s'était cachée dans un recoin pour ne pas tuer ses amis. Mais eux qu'est ce qu'ils en avaient à foutre tant qu'ils pouvaient obtenir des rations de nourriture supplémentaires ? Elle avait cinq ans et devant ses yeux elles voyaient les chiffres s'amenuiser de plus en plus.
    Jusqu'au dernier.
    Celui-ci à genoux dans la flaque de sang de son dernier adversaire s'approcha d'elle. Il la roua sous les coups sans ménagement. Devant ce tel manque de volonté de vivre, je sortis de ma cachette en déployant toute ma force. Son esprit fut déchiré dans les sombres cyclones de ma puissance mentale.
    La première fois que j'ouvris les yeux, on me croyait morte. Ma tête pissait le sang mais je n'en éprouvais aucunes douleurs. A vrai dire, je m'en foutais carrément ! Je me suis lentement relevée dans le dos du victorieux. Les runes qu'avaient gravé les scientifiques sur ma nouvelle enveloppe charnelle me plaisaient beaucoup. L'autre incompétente ne savait pas les activer alors que c'était un jeu d'enfant d'en comprendre le mécanisme. Sur les cinq extrémités de mon corps, les lueurs fluo brillèrent d'impatience. Mes doigts me démangeaient et je commençais à avoir des fourmis dans les jambes. Je repoussais la vision de la mort de ma future victime. Ce ne serait pas drôle sinon. Entre temps, l'ennemi m'avait repéré et avait repris son gourdin. Son compte à rebours était encore fort, il serait délicat de l'éclater dans son état actuel. Il fallait un peu le cuisiner avant. Mes jambes fléchirent et décollèrent à une vitesse qui me surprit moi même, traversant l'arène en un rien de temps. Mes doigts pénétrèrent sans peine sa chair, transperçant de part en part le maigre corps. Le chiffre baissa d'un coup. Il vacilla un instant avant de se reprendre. Le sourire aux lèvres, je m'empoignai des nombres dorés tâchés de sang caillé et les pressai de plus en plus fort. Ils volèrent en éclat. Puis je lui donnai une pichenette et il s'effondra net. La classe !
    Après on s'intéressa un peu plus à moi, m'envoyant dans des missions périlleuses. C'est ainsi que je me forgeai un réputation: "la Reine Blanche". A moi seule, je détruisais beaucoup de populations en ne laissant aucuns survivants derrière moi, une marque de fabrique. On disait que parmi le flot de corps inertes, il y avait une grande femme en blanc qui leur aurait apporté la mort.
    Tout allait à merveille jusqu'à il y a deux ans où les autorités découvrirent les manigances du pensionnat et le fermèrent. Jugée victime, je fus laissée tranquille dans un centre de réhabilitation. J'appris à calmer mes pulsions meurtrières en apparence pour que les infirmières cessent de me coller. Je dus jouer double jeu, ce fut dur ! Un jour, j'ai trouvé une lettre sur mon lit. J'eus à peine le temps de poser mes yeux sur le premier mot que me voilà téléportée devant un grand portail noir à l'adresse du Pensionnat Majikku...



" Abracadabra ! "


    Je peux voir la mort. Passionnant non ? Cela se manifeste par un grand chiffre doré qui défile sans cesse jusqu'à l'heure de la mort naturelle de la personne. Lorsque cette dernière va mourir d'une mort imprévue, le chiffre se tâche de gouttes de sang séché. A ce moment, il est vulnérable. Je pourrais l'empoigner et le détruire. La personne ne mourrait pas aussi facilement. Le chiffre peut se régénérer et ainsi permettre la survie du sujet. Pendant ce laps de temps, elle est sensible à tout évènement extérieur et peut mourir d'un rien, d'un moustique comme d'un effleurement. Si la personne doit mourir dans l'heure qui suit, je peux avoir une vision de sa mort mais quand c'est moi qui tue, je préfère ne pas me gâcher le plaisir.



~ Et toi petit lutin ?

    Prénom: Juliette
    Age: 15 ans
    Où as-tu connu le forum: Kelly.
    Code magique: VALIDÉE
    T'aime les cookies: Avec des pépites de choc
    Et le chocolat: Le noir.
    Autre chose: Il est tard, je suis crevée ..


Dernière édition par Kumiko Hayashi le Sam 1 Sep - 0:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kami
L'Ultime Parole
L'Ultime Parole
avatar

Messages : 30
Passage pour un prochain pouvoir : 53
Date d'inscription : 24/08/2012

Carte d’identité
Age : Inconnu
Pouvoir: Inconnu

MessageSujet: Re: Kumiko Hayashi.   Ven 31 Aoû - 16:39

Soit la bienvenue parmi nous! ~

J'ai vraiment aucune remarque à faire [Pour une fois \o/].
Tu as vraiment tout super bien fait. o/
J'ai hâte de pouvoir rp avec toi! :)
Tu es officiellement validée!

Cordialement, Kami.

---------------✄----------------

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harumi Tanaka
Les Âmes Spirituelles
Les Âmes Spirituelles
avatar

Messages : 69
Passage pour un prochain pouvoir : 92
Date d'inscription : 23/08/2012
Age : 25
Localisation : Japon

Carte d’identité
Age : 19 ans
Pouvoir: Marionnettisme

MessageSujet: Re: Kumiko Hayashi.   Sam 1 Sep - 16:39

Même si tu es validée je voulais juste ajouter que ta fiche est juste génial j'adore ton histoire ! *^*

---------------✄----------------

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Since I’m a little child I go through this world with ghosts beside me
Back then I had a hard time getting asleep
Now I’m a grown up man things have changed except the world stay the same
I think it a shame having a hard time wakin’ up and start to weep
Please let me rest me head.
"




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kumiko Hayashi.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kumiko Hayashi.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kumiko
» Kumiko Yakushi [ Finit ]
» Les Hayashi en mission [B - Raito]
» Besoins de quelques conseils [ PV Shizuka N. Hayashi]
» [Ruelles] Où dois-je aller ? [PV: Ayae Yûna Nakamura & Emi Kumiko]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Majikku :: First Look ♪ :: » Les Présentαtions ! ~ :: 
» Présentαtions Vαlidées ~
-
Sauter vers: